Etude: la fibromyalgie dans le cas de la résistance aux hormones thyroïdiennes

Au mois de mai 2000 à Grenoble, France, dans le cadre d’une conférence organisée par « French Fibromyalgia Association of Région Rhône-Alpes », le docteur John C. Lowe a fait une présentation concernant ses recherches dans le domaine de la fibromyalgie.

Il a affirmé qu’à la fin des années ’80, il avait observé pour la première fois que les patients qui souffraient d’érythrose, avec fibromyalgie (avec des résultats normaux pour les tests de sang ayant pour but de faire les déterminations thyroïdiennes) avaient les mêmes symptômes que les patients ayant du hypothyroïdisme.  

A la recherche d’une réponse, dr. Lowe a contacté finalement les chercheurs qui étudiaient les cas de résistance aux hormones thyroïdiennes. Un de ceux-ci était Steve Usala, le premier à établir la liaison qui existait entre le gène c-erbAß et une résistance aux hormones thyroïdiennes.  Il a été également le premier a identifier l’existence d’une mutation concernant ce gène. Entre temps, on connaît plus de 100 mutations différentes en association avec ce gène.

A la suite de ces études, dr. Lowe et ses collègues ont démarré en 1990 un traitement au T3 only administré à 77 patiente avec fibromyalgie qui souffraient d’érythrose.

Ces mesures thérapeutiques ont eu pour base l’hypothèse énoncée par dr. Lowe dans le sens que les patients en question souffraient en partie d’une réaction cellulaire aux hormones thyroïdiennes.  

En total, 77 patients qui souffrent de fibromyalgie ont été traités par l’administration de T3 only:

– Pour 19 patients = 25%, l’administration de T3 only n’a pas été utile dans le traitement de la fibromyalgie.  
– Pour 58 patients = 75%, les symptômes de la fibromyalgie se sont améliorés de manière significative, dans un poids différent, à la suite de l’administration de T3 only.

Dans le cas de ces 58 patients, qui ont subi une amélioration de la fibromyalgie par l’administration de T3, on a mesuré avec un algomètre la sensibilité au niveau des 18 tender points (points de douleur) spécifiques avant et après l’administration du traitement au T3 only. A cette occasion, on a constaté une amélioration significative de la limite de perception de la douleur ressentie par les patients qui ont bénéficié du traitement au T3 only.

Les doses effectives de T3 only ont été comprises entre 75 mcg et 150 mcg T3.  

La plupart des patients ont manifesté une amélioration des symptômes avec des doses comprises entre 81,25 mcg et 100 mcg par jour.

Après cette première étude, dr. Lowe et ses collègues ont continué à traiter les patients qui souffraient d’érythrose, qui présentaient de la fibromyalgie par l’administration de T3 only, car ils sont partis de l’idée que les patients avec fibromyalgie présentent, pour la plupart, une résistance aux hormones thyroïdiennes.

Dr. Lowe et ses collègues ont constaté qu’environ 75% du total des patients qui souffraient d’érythrose avec fibromyalgie ont bénéficié, à la suite de l’administration d’un traitement au T3 only, d’une amélioration significative ou même la disparition complète de la fibromyalgie dont ils souffraient.

Le traitement de la fibromyalgie comprend, en plus de la T3 only en doses sur-physiologiques (thérapie à dose élevée), une alimentation saine, des suppléments alimentaires, des mesures thérapeutiques assurées par un physiothérapeute et la renonciation aux médicaments dont la nature ralentissait le processus métabolique.

Dr. John C. Lowe souligne que la plupart des patients ont besoin d’une dose sur-physiologique (thérapie à dose élevée) à la T3 only.

Dr. Lowe et ses collègues ont la conviction que les patients avec fibromyalgie qui réagissent de manière positive aux doses sur-physiologiques de T3 only souffrent d’une résistance aux hormones thyroïdiennes.

Selon l’avis de dr. Lowe, la présence de quatre critères est nécessaire pour l’existence d’une résistance aux hormones thyroïdiennes:

1. Le patient souffre d’érythrose depuis le début du traitement à la T3 only. Euthyerose = aucun test sanguin concernant la fonction thyroïdiennes, y compris un test de stimulation TRH, ne met en évidence la présence d’un hypothyroïdisme.
2. Les symptômes du patient mettent en évidence une amélioration significative ou la disparition des symptômes associés à la fibromyalgie, par l’administration de doses sur-physiologiques de T3 only.
3. Après la fin du traitement à la T3 only, le patient présente un niveau extrêmement élevé de la concentration de T3 libre dans le sang.
4. En dépit du niveau T3 libre élevé, le patient ne présente pas des signes concernant la présence d’une thyréotoxicose du tissu (hyperthyroïdisme extrême), tous les tests de biochimie avec un EKG serial, sérum et urine, ainsi que les ostéodensiométries ont eu des résultats normaux.

Source

http://www.langtfedtliv.dk/doc/lowefibromyalgifrankrig.pdf

Un autre article sur la fibromyalgie

Dr. John Lowe: Traitement d’une fibromyalgie à la T3 only

Rapports concernant l’expérience accumulée à l’égard de la T3 only en association avec la fibromyalgie

Etude la fibromyalgie: la température basale et le métabolisme présentent des valeurs trop réduites

Le taux métabolique de repos dans le cas du hypothyroïdisme

Etude la fibromyalgie: la température basale et le métabolisme présentent des valeurs trop réduites

Dr. John Lowe a publié deux études intéressantes en 2006: 15 patientes qui souffraient de fibromyalgie ont eu un taux de métabolisation significativement plus réduite (Resting-Metabolic-Rate) et une température basale significativement plus baisse par rapport à autres 15 personnes saines de sexe féminin, ayant un rôle de contrôle.  

Dr. John Lowe a traité avec succès des patients qui souffraient de fibromyalgie par l’administration d’hormones thyroïdiennes naturelles, par l’intermédiaire d’une thérapie combinée à la T3/T4 synthétique ou T3 only synthétique.

Dr. John Lowe a constaté que les symptômes d’une fibromyalgie correspondent en grande partie aux symptômes d’une résistance périphérique aux hormones thyroïdiennes ou d’un hypothyroïdisme normal.

Puisque les patients qui souffrent de hypothyroïdisme présentent une température basale baisse et un taux de métabolisation réduit, ces éléments devraient pouvoir être mis en évidence aussi dans le cas des patients quoi souffrent de fibromyalgie, selon l’opinion annoncée par dr. Lowe.

Dr. John Lowe ne mesure pas dans ces études le taux de métabolisation basal (BMR), mais le taux de métabolisation en repos (RMR).

Taux basal de métabolisation

Le taux basal de métabolisation représente, selon Wikipedia, la quantité d’énergie nécessaire quotidiennement pour un organisme, en conditions de repos complet et à une température environnementale de 28 degrés pour pouvoir maintenir toutes les fonctions.

Selon Wikipedia, BMR est exposé, dans le cadre des études, à un risque très élevé de perturbations, car il est considéré fiable seulement en conditions absolument idéales dans le domaine clinique.

Les mesures pour le taux basal de métabolisation (BMR) sont réalisées de manière spécifique dans une chambre obscure, après le réveil d’un sommeil avec une durée entre 8 et 12 heures pendant lesquels il n’y a pas eu une consommation d’aliments pour s’assurer que le système digestive est inactif, avec la personne en repos sur son dos. Puisque les mesures doivent être effectuées en régime ambulatoire ou dans le cadre d’une clinique, la personne doit passer dans tous les cas la nuit dans les conditions décrites ci-dessus dans une clinique ou un cabinet médical.

Taux de métabolisation en régime de repos

En ce qui concerne le taux de métabolisation en régime de repos (RMR), les mesures sont réalisées d’habitude dans des conditions moins restrictives par rapport au taux basal de métabolisation (BMR). Il n’est pas exigé, par exemple, que la mesure soit réalisée quand la personne se réveille, après un sommeil de 8 heures et en position horizontale, une période préalable de repos de 3-4 heures suffit.

Normalement, les mesures RMR et BMR sont réalisée soit par l’intermédiaire de la calorimétrie indirecte ou sont déterminées sur la base des formules.

Sur la base d’une étude, l’estimation la plus précise de RMR peut être effectuée sur la base de l’équation Mifflin-St.-Jeor.

La calorimétrie indirecte

En ce qui concerne la calorimétrie indirecte, on mesure la quantité d’oxygène émise, consommée par une personne.  Sur la base de cette quantité, on détermine ensuite le cycle énergétique individuel.

Les facteurs perturbateurs ont été éliminés au préalable dans les deux études.

RMR peuvent indiquer de manière erronée les valeurs réduites, par exemple à la suite des diètes avec des restrictions caloriques, à cause des efforts physiques d’intensité réduite, des médicaments qui déterminent la baisse de l’intensité du processus métabolique, de la masse de tissu gras réduite et, également, pendant la menstruation.

Résultats des études réalisées par dr. John Lowe

D’habitude, RMR plus réduits jusqu’à 10% que RMR estimés sont considérés normaux.

Dans sa première étude, RMR moyen des patientes qui souffraient de fibromyalgie était de 29% plus réduit et dans le cas du groupe de contrôle de personnes saines, de 8% plus bas par rapport au RMR estimé.

La température basale moyenne s’est située à 96,95° F = 36,08° C dans le cas des patients qui souffraient de fibromyalgie et 97,54° F = 36,41° C chez les personnes saines de contrôle.

Dans le cadre de la deuxième étude, le RMR moyen des patientes qui souffraient de fibromyalgie a été de 30% et pour le groupe de contrôle sain seulement 8% en dessous du RMR estimé.
La température basale moyenne s’est située à 96,38° F = 35,76° C dans le cas des patientes qui souffraient de fibromyalgie et 97,54° F = 36,41° C chez les personnes saines de contrôle.

T3 libre en sérum s’est situé à 3,18 pg/ml chez les patientes qui souffraient de fibromyalgie par rapport aux personnes saines de contrôle, avec 3,75 pg/ml dans la deuxième étude.

La TSH n’était pas corrélée avec le hypométabolisme des patientes qui souffraient de fibromyalgie, raison pour laquelle elle n’a pas été prise en compte pour déterminer l’hypométabolisme – un taux trop réduit de métabolisation.

Importance statistique:

Les patientes qui souffraient de fibromyalgie ont eu un RMR moyen significativement plus réduit par rapport aux personnes saines de contrôle.

Les patientes qui souffraient de fibromyalgie ont eu une température basale moyenne significativement plus réduite par rapport aux personnes saines de contrôle.

Les patientes qui souffraient de fibromyalgie ont eu une T3 libre moyenne significativement plus réduite par rapport aux personnes saines de contrôle.

Conclusion

Les températures basales significativement plus réduites et les taux de métabolisation des patientes qui souffrent de fibromyalgie représentent des signes pour la présence du hypothyroïdisme.

Sources

http://www.thyroiduk.org.uk/tuk/research/Female%20fibromyalgia%20patients-%20Lower%20resting%20metabolic%20rates%20than%20matched%20healthy%20controls-Lowe.pdf

http://www.thyroidscience.com/studies/lowe.2006/lowe.2nd.rmr.fms.htm

Un autre article sur la fibromyalgie

Dr. John Lowe: Traitement d’une fibromyalgie à la T3 only

Rapports concernant l’expérience accumulée à l’égard de la T3 only en association avec la fibromyalgie