Pourquoi la température basale n’augmente-elle pas?

Dr. John C. Lowe a répondu en 2006 à une question formulée par un lecteur sur sa page www.drlowe.com, par laquelle la personne en question souhaitait savoir si le test pour détermine la température basale selon Broda Barnes serait suffisant pour la constater la présence du hypothyroïdisme et quelle est l’explication pour laquelle dr. Lowe  a testé dans le cas de ses patients aussi le taux en régime de repos (Resting Metabolic Rate) ?

Dr. Lowe a répondu au lecteur que Broda Barnes ne s’orientait pas exclusivement en fonction de la température basale.

Bien sûr que Broda Barnes a utilisé dans toutes les situations la température basale de ses patients pour constater si les hormones thyroïdiennes sont nécessaires ou non.  

De plus, il a cherché méticuleusement lors de chaque examen de ses patients des indices supplémentaires qui attestent la présence d’un possible hypothyroïdisme.

Il a examiné tous ses patients très attentivement du point de vue physique, il a examiné leurs réflexes au tendon d’Achille, il a cherché une valeur trop élevée du cholestérol et il a essayé d’identifier des symptômes typiques spéciaux pour le hypothyroïdisme.

La température basale trop baisse en dépit d’une bon équilibre avec des hormones thyroïdiennes ?

Dr. Lowe soutient, pour continuer, que, dans le sens des valeurs accumulées sur la base de son expérience, la température basale ne devient pas normale dans le cas des patients par le réglage moyennant l’administration d’hormones thyroïdiennes.

Pour certains patients, la température basale n’augment pas même si les personnes en question sont stimulées en excès par l’administration d’hormones thyroïdiennes.

Dr. Lowe soutient qu’il y a, de manière évidente, certains patients qui échappent à tout symptôme par l’administration d’un traitement aux hormones thyroïdiennes, même si la température basale des sujets en question reste toujours trop baisse.

Celle-ci est la conclusion à laquelle est arrivé dr. Lowe avec certaine de ses patients qui souffraient de résistance à l’hormone thyroïdienne.

Dr. Lowe souffrait à son tour d’une résistance aux hormones thyroïdiennes et, jusqu’au final de sa vie, il s’est administré une quantité de 150 mcg T3 only chaque jour. 150 mcg T3 only ont représenté sa dose personnelle de confort par laquelle il a réussi à échapper à tous les symptômes du hypothyroïdisme.

Il a décrit ses symptômes comme des douleurs corporels légers, points Trigger résistants au traitement, problèmes de mémoire, trouble de concentration et fortes dépressions récurrentes.

En dépit de l’atteinte de sa dose de confort par 150 mcg T3 only, après avoir mesuré sa température basale selon la méthode mise en place par Broda Barnes, il a continué à constater des valeurs comprises entre 35,94 et 36,22 degrés. Broda Barnes a défini une température basale saine entre 36,55 et 36,77 degrés.

Les mesures de son taux de métabolisation en régime de repos (RMR), avec une dose de 150 mcg T3 only ont conduit cependant à un taux métabolique de seulement 6% en dessus de la valeur normale. Ce taux est compris dans la limite de tolérance de 10% pour la valeur normale calculée de RMR (Resting Metabolic Rate).

Ainsi, dr. Lowe n’a pas pu vérifier le test pour déterminer la température basale selon Broda Barnes pour équilibrer sa glande thyroïde, mais le test ayant pour objet le Resting Metabolic Rate a mis en évidence dans son cas des valeurs normales.

Dr. Lowe suppose que la raison pour laquelle, pour certains patients, en dépit de la dose de confort d’hormones thyroïdiennes naturelles, la température basale ne s’est pas formalisée est représentée par une « sensibilité du tissu différentiel par rapport aux hormones thyroïdiennes ».

Dans le cas des patients dont la température se maintien à un niveau réduit, les enzymes qui déterminent la croissance de la température, dont la transcription génétique est intensifiée par l’administration d’hormones thyroïdiennes (par exemple, ATPase de sodium et potassium) sont exceptés probablement en partie ou en total du réglage ­à l’aide des hormones thyroïdiennes.

Pour cette raison, dr. Lowe a mesuré pour tous ses patients dans tous les cas le Resting Metabolic Rate, représentant le taux de métabolisation en régime de repos, à l’aide d’un calorimètre indirect.

Un médecin doit tester tous les indicateurs pertinents possibles concernant une possible hypothyroïdie.
De cette catégorie font partie la température basale, le pouls basale de repos, les valeurs sanguines spécifiques, par exemple le niveau trop élevé de cholestérol, avec l’examen des symptômes typiques, en mesurant le réflexe au niveau du tendon d’Achille et déterminer le taux de métabolisation en régime de repos, en association avec la calorimétrie indirecte (un de mes prochains articles).

Le test TSH ne présente pas cette pertinence.

Source

http://web.archive.org/web/20101030192316/http://drlowe.com/QandA/askdrlowe/metabolismtesting.htm

Autres articles

Comment le test TSH est devenu le standard de base

Etude: La monothérapie à la T4 présente un potentiel nuisible en association avec le hypothyroïdisme

Etude: Les hormones thyroïdiennes naturelles dans le cas du diabète

L-Thyroix: le médicament prescrit le plus fréquemment en 2013/2014 aux Etats-Unis