Etude concernant la déficience de vitamine D dans le cas du hypothyroïdisme

J’ai découvert en PubMed une étude par laquelle on a cherché un rapport entre une déficience de vitamine D et les affections thyroïdiennes.

On a examiné au total 50 patients avec un affection auto-immune de la glande thyroïde (Hashimoto ou Morbus Basedow), 42 personnes avec affections thyroïdiennes sans anticorps, ainsi que 98 personnes saines comme groupe de contrôle.

On a identifié des quantités significativement plus réduites de vitamine D chez les patients qui souffrent d’une affection thyroïdienne auto-immune par rapport aux personnes saines:

Au total, 63% des patients souffrant d’affections de la glande thyroïde (92 personnes) ont été diagnostiqués avec une déficience de vitamine D par rapport à un poids de 30% dans le cadre du groupe de personnes saines (98 personnes).

L’insuffisance de vitamine D a été associée aux anticorps existants chez les 50 patients ayant une affection thyroïdienne auto-immune (avec les anticorps relevants):

72% présentaient une déficience de vitamine D par rapport à 52% du total des personnes ayant des affections thyroïdiennes qui ne disposaient pas d’anticorps.

On a mis en évidence une liaison plus claire dans le cas des patients au Hashimoto:

79% des patients qui souffraient d’Hashimoto présentaient une déficience de vitamine D.
Dans le cas des examens réalisés par rapport à une liaison entre une déficience de vitamine D et le niveau de la TSH, il n’a pas été possible de mettre en avant des liaisons pertinentes du point de vue statistique.

A la suite du résultat des études, on fait à la fin la recommandation de mesurer, comme test de routine dans le cas des patients qui souffrent d’affections thyroïdiennes, notamment Hashimoto, le niveau de vitamine D et d’administrer des préparations basées sur la vitamine D.

Malgré son nom, la vitamine D ne représente pas une vitamine, mais une hormone sécostéroïde importante pour la homéostasie de l’ossature et des minérales.  De plus, la vitamine D dispose de propriétés de réglage du système immunitaire et d’inhibition des infections.

Une déficience de vitamine D est devenue un problème très fréquent au sein de la population actuelle et cette situation a conduit à une croissance de l’incidence des affections cardio-vasculaires, des maladies infectieuses et du cancer.

L’administration de suppléments sur la base de vitamine D semble réduire la fréquence de ces affections, ainsi que le taux général de mortalité.

Une déficience de vitamine D a été associée aussi à la croissance de l’incidence d’autres affections auto-immunes, telles Diabetes Mellitus du type 1, l’arthrite rhumatoïde et lupus érythémateux disséminé.

En ce qui concerne la distribution géographique de la sclérose multiple, on a mis en évidence une corrélation (interaction) entre la concentration de vitamine D et les régions de temps ensoleillé.

Dans cette section est disponible un lien vers l’étude. Imprimez l’étude. Présentez-la aussi à votre médecin.

Qui est Mary Shomon?

Étant donné que j’écris fréquemment à propos des articles de cette auteure, je voudrais présenter Mary Shomon brièvement à mes lecteurs. 

Mary Shomon a obtenu en fait le titre de Bachelor of Science (bachelière en sciences) accordé par l’Université Georgetown de Washington DC dans le domaine des finances internationales.

Cependant, Mary Shomon est tombée malade en 1995, atteinte de thyroїdite Hashimoto.

À partir de ce moment-là, elle accomplit avec beaucoup de succès sa mission, par laquelle elle poursuit son objectif d’aider les patients, de les donner la possibilité de s’aider eux-mêmes et de mettre inlassablement à leur disposition des connaissances sous forme d’articles publiées sur le blog, dans le cadre des groupes sur Facebook et par les livres publiés.   

Sa devise est:  “Nous sommes des patients …nous ne sommes pas des valeurs de laboratoire…!”

Ses livres sont écrits en anglais, elle a publié quelques best-sellers sur les maladies de la glande thyroїde, les hormones et la perte de poids. Il y a aussi un livre en allemand publié par cette auteure, paru en 2002: “La thyroїde saine”.

Entre autres, elle a jeté les bases des deux sites web www.thyroid-info.com et www.verywell.com.  
À l’addresse verywell.com, elle écrit périodiquement en anglais des articles sur le blog au sujet de l’hyperthyroїdie, l’hypothyroїdie et du cancer de la thyroїde. L’auteure présente des essais cliniques effectués en ce domaine et réalise des entretiens avec des médecins reconnus dans le domaine des maladies thyroїdiennes.

Mary Shomon est présente aussi sur Facebook et Twitter. Sur ces pages, elle publie ses articles quotidiens sur la glande thyroїde. Au sens des informations fournies par l’auteure-meême, elle dispose actuellement de plus de 100.000 de membres dans les milieux sociaux qui lisent ses articles et les discutent sur les forums.

Les groupes de cette auteure:

“Thyroid Support”(Groupe de soutien pour la thyroїde) – le groupe Mary Shomon sur Facebook
https://twitter.com/ThyroidMary

Sur la page d’internet www.thyroid-info.com, Mary Shomon a jeté les bases d’une liste avec les addresses des médecins des États-Unis qui prescrivent, par exemple, des hormones thyroїdiennes naturelles et qui disposent d’une très vaste expérience au domaine du traitement des maladies thyroїdiennes. Cette liste est constamment actualisée par les patients reposant sur leurs expériences. En Allemagne, une telle liste de médecins est disponible, par exemple, sur le forum www.ht-mb.de.

Mary Shomon est largement connue dans les milieux britanniques par ses articles publiés sur le blog et les livres qui concernent les maladies thyroїdiennes, étant fréquemment citée en revues et journaux de renom.  Entre autres, aussi dans les journaux televisés de soir des États-Unis “ABC World News Tonight”, ” The Wall Street Journal”, “New York Times”, “Ladies’ Home Journal”, “Time Magazine” etc., tous des milieux bien connus dans les États-Unis.

Néanmoins, Mary Shomon n’est pas un médecin. Ses articles sont rédigés en raison des efforts intensifs pour étudier, par exemple, les livres specialisés ou les bases de données telles que Pubmed, à propos des résultats des recherches.

C’est pour cette raison que Mary Shomon expose clairement sa position dans son article:”Should Thyroid Patients Self-Medicate?” („Est-ce que les patients aux maladies thyroїdiennes devraient recourir à l’auto-médication?”), dans lequel elle montre qu’elle ne veut pas être partisane de la situation où les patients essayent d’améliorer leur état en administrant des hormones thyroїdiennes pour compte propre. En fait, cette situation doit être discutée pour chaque cas avec le médecin personnel. Malheureusement, il est très difficile de trouver, dans certains pays, un médecin familiarisé avec cette question et qui en pourrait offrir assistance au patient.

C’est la raison pour laquelle c’est d’autant plus important que chaque patient s’informe pour compte propre à propos de sa maladie thyroїdienne. Et c’est à cette fin que ma page d’internet est disponible: Collecte d’informations. Clarification. Propre assistance.

 

Le niveau élevé de cholestérol et l’hypothyroïdie

Combien de personnes sont convaincues chaque jour seulement en Allemagne de ne pas consommer du beurre qui n’est pas sain et un nombre trop grand d’œufs à cause de leur niveau trop élevé de cholestérol ?

La question est si cette situation est due réellement à l’alimentation « incorrecte » ou s’il y a aussi d’autres causes pour un niveau trop élevé de cholestérol ?

Mary Shomon soutient, par exemple, dans l’article : „High Cholesterol -Thyroid Connection – Hyperlipidemia” que, seulement aux Etats-Unis, la moitié du total des habitants souffre d’un niveau trop élevé de cholestérol.  De plus, l’auteur soutient que, sur la base des estimations, environ 30 millions d’habitants des Etats-Unis souffre d’une hypothyroïdie qui 1. n’a pas même pas été diagnostiquée pour la moitié de ceux-ci et 2. dans les cas diagnostiqués, certainement un grand nombre de patients – l’auteur parle de millions de personnes – ne bénéficie pas d’un traitement suffisant avec des hormones thyroïdes, ce qui signifie qu’une quantité trop réduite de hormones thyroïdes continue à leur être administrée. Cela arrive car la plupart des médecins n’assurent pas un traitement en fonction des symptômes, mais ils continuent à faire référence à la valeur de la TSH.

On ne constate une meilleure situation ni en Allemagne. Dans ce pays, on affirme que chaque 3e habitant du total d’environ 80 millions habitants souffre d’une hyperthyroïdie pas diagnostiquée.  Ainsi, s’agit-il d’environ 26 millions d’habitants en Allemagne seulement.

Et vous, faites-vous partie de cette catégorie ? Votre cholestérol est également trop élevé ?

Il y a une liaison entre la valeur trop élevée du cholestérol et une hypothyroïdie.

  • Lisez le prospectus des médicaments destinés à la baisse du niveau de cholestérol. La documentation en question prévoit dans toutes les situations le besoin que les patients demandent le test du fonctionnement de leur glande thyroïde avant de se faire administrer ces médicaments. En association avec le médicament allemand Simvastatin produit pas Pfizer, cette disposition est mentionnée par exemple sous le point « Il est nécessaire d’avoir une attention accrue pour l’administration de Simvastatin Pfizer: … si vous souffrez d’une affection non-traitée de la glande thyroïde (hypothyroïdie). »
  • « National Cholesterol Education Program » et la FDA recommandent également aux Etats-Unis de faire des tests pour la glande thyroïde dans le cas des patients qui présentent un niveau trop élevé de cholestérol.

Quelle est l’explication pour laquelle l’hypothyroïdie conduit à un niveau élevé de cholestérol ?

Sur la page : www.forum-schilddruese.de/Unterfunktion/ j’ai trouvé des explications pour le fait qu’une hyperthyroïdie pas traitée ou contrôlée de manière inappropriée du point de vue hormonal peut conduire à un haut niveau de cholestérol :
« Dans le cas d’une hypothyroïdie, le décomposition du cholestérol est réalisée de manière retardée et on constate une croissance de la concentration totale de cholestérol, ainsi que du cholestérol LDL défavorable. Cet aspect constitue un facteur supplémentaire de risque pour l’apparition de l’athérosclérose et la croissance de la tension artérielle. Dans le cas d’une hyperthyroïdie, on constate d’habitude la situation opposée, ce qui signifie une baisse de la concentration totale de cholestérol et du cholestérol LDL. »

Un autre complément général par rapport au cholestérol:

Consultez les nouveautés présentées par dr. Strunz. S’il y a un spécialiste dans le domaine de l’alimentation en Allemagne, celui-ci est certainement dr. Strunz.

Il écrit aussi Nouveautés sur le cholestérol. Parmi d’autres, elles mentionnent :
« Un niveau initial de cholestérol de 230 baisse dans un délai de 4 semaines à une valeur impressionnante de 160 si les personnes en question ne consomment pas du tout du sucre. Dans ce contexte, le poids de fructose a eu une importance décisive. Ceux-ci auraient pu consommer du glucose. »

Et l’explication correspondante : « Malheureusement, dans l’organisme, le fructose produit de l’acétate, qui est ensuite transformé partiellement en cholestérol. Malheureusement, le taux de transformation du fructose en lipides est de 3 à 8 fois plus haut par rapport au taux de transformation du glucose. Et, toujours malheureusement, la concentration de fructose dans le sucre est celui qui détermine la résistance à l’insuline, ce qui signifie l’étape préliminaire du diabète. »

Est-il possible que l’explication pour la valeur trop élevée du cholestérol ne soit quand même pas l’oeuf du petit-déjeuner ou le beurre consommé ? Peut-être s’agit-il de la glande thyroïde ? Peut-être que la situation este due à une quantité trop élevée de sucre dans votre alimentation ? Ou peut-être le manque d’exercice ?

Testez aujourd’hui même les hormones thyroïdes à l’aide du test concernant la température basale conçu par Broda Barnes ou le test concernant la température diurne conçu par dr. Rind.

Vous souffrez de symptômes inexpliqués jusqu’à présent, qui se retrouvent dans cette liste de symptômes pour l’hypothyroïdie ? Dans ce cas, demandez une consultation médicale de la glande thyroïde et bénéficiez du traitement correspondant.

Les troubles sexuels chez l’homme – est-ce que la glande thyroїde est coupable?

Mary Shomon présente autres deux essais dans son plus récent article publié “Men: Is Your Thyroid Causing Sexual Problems?” (Les hommes: est-ce que votre thyroїde vous cause des problèmes sexuels?”).

Les deux essais ont eu pour objet un lien possible entre les troubles sexuels fonctionnels des hommes en association avec les troubles du réglage de la glande thyroїde.

Dans le cadre du premier essai, on a examiné les hommes avec hypothiroїdie, ainsi que les hommes avec hyperthyroїdie. Les hommes ont été examinés deux fois au total, une fois sans d’administration d’hormones de la glande thyroїde et la deuxième fois environ 8-16 semaines après, aprés le réglage de médication des valeurs associées à la glande thyroїde, au moment où elles se trouvaient dans les limites normales de nouveau.

Essai de 2005:
Hypothyréose / hypothyroїdie

  • Libido réduit, éjaculation attardée et les troubles erectiles ont représenté les symptômes accusés par 64,3% des hommes
  • L’éjaculation précoce a constitué un symptôme chez 7,1% des hommes
  • Presque deux tiers des hommes ont accusé dans un certain pourcentage la présence d’une dysfonction érectile (l’incapacité d’obtenir ou maintenir une érection) et l’éjaculation attardée  

Hyperthyréose / hyperthyroїdie

  • L’éjaculation précoce a constitué un symptôme chez 50% des hommes
  • Le libido réduit a représenté un symptôme chez 17,6% des hommes
  • La dysfonction érectile a constitué un symptôme chez 14,7% des hommes
  • L’éjaculation attardée a constitué un symptôme chez 2,9% des hommes

Les chercheurs affirme qu’un traitement adéquat pout la glande thyroїde assure l’élimination des troubles sexuels.

Essai de 2008: La dysfonction érectile chez les hommes

Un essai de 2008 – publié en “Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism” – présente les effets de l’hyperthyroїdie et de l’hypothyroїdie sur les fonctions sexuelles des hommes:

71 hommes avec des problèmes de la glande thyroїde ont été questionnés. Entre eux, 52% des hommes souffraient d’une hypothyroїdie et 27% entre eux d’une hyperthyroїdie. Il y a eu un nombre similaire d’hommes sans problèmes de la glande thyroїde comme groupe-contrôle.

79% des hommes souffrant des problèmes associés à la glande thyroїde présentaient dans une certaine mesure une dysfonction érectile comparé à 34% au cas des hommes sans problèmes de la glande thyroїde.

Des hommes qui souffraient une dysfonction érectile, 38% présentaient même une dysfonction érectile grave comparé à seulement 25% des hommes sans problèmes de la glande thyroїde.

Quelle est la conclusion de cet essai? Les hommes qui présentent une dysfonction de la glande thyroїde présentent plus fréquemment une dysfonction érectile par comparaison avec les hommes a glande thyroїde saine.

L’essai affirme aussi qu’un traitement de la dysfonction de la glande thyroїde peut conduire à la réversibilité de la dysfonction érectile, ce qui signifie qu’il la peut éliminer.  

Donc vous ne devez pas vous inquiéter.

Testez votre glande thyroїde en ce qui concerne sa fonction excédentaire ou déficitaire et demandez en cas de besoin un traitement medical.

Testez aujourd’hui même la température basale d’après Broda Barnes ou votre température de jour d’après dr. Rind, et vérifiez de cette manière très simple si votre organisme est approvisionné d’une quantité suffisante d’hormones issus de la glande thyroїde.

Étude sur NDT par rapport à T4 only

Les hormones thyroїdiennes naturelles sont prescrites au patients depuis plus d’un démi-siecle mais, néanmoins, les médecins invoquent depuis le lancement de la lévothyroxine synthétique (T4 only) périodiquement des arguments contre les hormones thyroїdiennes naturelles en motivant qu’il n’y a pas des études sur la sécurité et efficacité des hormones thyroїdiennes naturelles.

Mary Shomon a fait référence dans son article: “Natural Desiccated Thyroid as Thyroid Treatment” (Thyroide Desséchée Naturelle en tant que traitement pour la thyroїde”) à une étude qui démontre la sécurité et efficacité des hormones thyroїdiennes naturelles.
Dr. Thanh D. Hoang, MD, endocrinologue dans le cadre de “Walter Reed National Military Medical Center in Bethesda” (Centre Medical Militaire National Walter Reed de Bethesda) a réalisé un essai randomisé, en double aveugle, croisé, qui compare l’efficacité des hormones thyroїdiennes naturelles à la lévothyroxine (T4) synthétique dans le traitement de l’hypothyroїdie.

L’essai a examiné au total 70 patients âgés de 18 à 65 ans, souffrant d’hypothyroїdie / hypothyréose primaire.

Les patients ont été distribués d’une manière randomisée en 2 groupes et on leur a administré des hormones thyroїdiennes naturelles ou T4 only synthétique. Les deux groupes ont reçu les médicaments durant 16 semaines. L’essai a été réalisé en double aveugle, ce qui signifie que personne des deux groupes n’a su le médicament administré.

À la fin de l’essai, les patients ont été questionnés au sujet du traitement médicamenteux préféré.

Près de la moitié du groupe, 49 points de pourcentage ont préféré les hormones thyroїdiennes naturelles. D’un autre côté, 19 points de pourcentage ont préféré le T4 synthétique. D’autre part, environ 33 points de pourcentage des patients n’ont pas exprimé aucune préférence pour l’un des deux médicaments.

Dr. Hoang affirme que les patients qui ont bénéficié de traitement aux hormones thyroїdiennes naturelles ont perdu a peu près 3 livres, ce qui signifie 1,5 kg en poids pendant le traitement.

D’autre part, les patients qui ont bénéficié de traitement avec T4 only synthétique n’ont pas perdu du poids.

Dr. Hoang a affirmé en “Endocrine Today” qu’à propos de ces 2 formes thérapeutiques, il n’a pas été capable d’identifier des différences dans le cadre des mesures neuro-cognitives.

Par l’intermède de cet essai, dr. Hoang a conclu qu’un traitement administré 1x par jour avec des hormones thyroїdiennes naturelles représente une alternative sûre pour traiter une hypothyroїdie au cas où un patient n’est pas satisfait du traitement à lévothyroxine (T4 only) synthétique.

À l’avis de dr. Hoang, dans le cas de ces patients insatisfaits il est possible de réaliser un essai aux hormones thyroїdiennes naturelles et le médecin ajoute le fait que les hormones thyroїdiennes naturelles peuvent déterminer aussi une perte de poids modérée chez ces patients.

Après les évaluations supplémentaires des données effectuées par dr. Hoang, on a constaté que ces patients qui ont opté pour les hormones thyroїdiennes naturelles ont enregistré une perte de poids supplémentaire pendant un écart de 4 mois.

Cet essai a été discuté aussi dans le cadre d’un forum allemand d’endocrinologie, peut-être qu’il devrait être imprimé et présenté au médecin.

L’hypothyroïdie chez les chiens contre les hommes

Aujourd’hui, je veux vous présenter quelques idées intéressantes sur le sujet de l’hypothyroïdie chez les chiens:

Les valeurs de la thyroïde dans les limites normales – tout va bien?

La plupart des patients souffrant d’affections thyroïdes sont renvoyés chez eux par leurs médecins avec maximum un sourire fatigué quand ils veulent discuter avec leurs médecins leurs valeurs sanguines qui sont toujours dans les limites normales. Il est clair que la devise qui s’applique est : «Que voulez-vous encore, vos valeurs sont dans les limites normales. Cela signifie que tout va bien avec votre glande thyroïde ….”

Malheureusement, la situation semble similaire en médecine vétérinaire chez les chiens. J’ai accédé à Google jusqu’à maintenant que les résultats affichés sur 2 pages sur l’hypothyroïdie chez les chiens.

Pour les 2 pages dédiées aux chiens, j’ai remarqué immédiatement que les auteurs de ces pages semblent connaître eux-mêmes l’écart entre les connaissances existantes par rapport à l’hypothyroïdie chez le chien et le traitement efficace administré en réalité.

Je lis une page allemande pour les propriétaires de chiens:

“Il y a aussi, d’autre part, les chiens dont la valeur T4 est encore dans la limite normale, mais qui ont néanmoins des problèmes. Dans le cadre des études sur cet article, je trouve dans « Klinische Pathophysiologie » (« La pathophysiologie clinique ») écrit par Siegenthaler au sujet de la médecine humaine une explication possible:

Citation: « La mesure de T4 et T3 met en évidence seulement les niveaux d’hormones, ce qui signifie une valeur statique, sans donner aucune indication de la vitesse de conversion des hormones extra-thyroïdes : étant donné que cela augmente dans le cas de hyperthyréose, tant la hyperthyroïdie, que l’hypothyroïdie peuvent, dans certaines circonstances, être associées à une concentration normale  de T4 dans le sérum ».

En conclusion il faut noter qu’il y a des chiens avec des valeurs T4 dans la limite inférieure normale qui n’ont pas de problèmes, tout comme il y a aussi des chiens qui présentent de tels symptômes ».

En fait, la situation est semblable à nous, les hommes, n’est-ce pas? Mais beaucoup de médecins humains et vétérinaires ne sont pas intéressés par cet aspect tant que les valeurs sont dans les limites normales.

Trouble de conversion et NDT, les hormones thyroïdes naturelles

Je cite à nouveau une page dédiée aux propriétaires de chiens, cette fois en anglais:

« Dessicated thyroid extracts cost more than synthetics and larger amounts may be needed. Because they contain T3 as well as T4, they can help the few dogs who are unable to convert T4 to T3. »

Les hormones thyroïdes naturelles, NDT, coûtent plus que les hormones thyroïdes synthétiques et sont nécessaires en quantités plus élevées. Parce qu’elles contiennent T3 et T4, celles-ci peuvent aider au nombre réduit de chiens qui ne peuvent pas convertir T4 en T3.

Dans le cas des chiens, on connaît sur cette page l’existence éventuelle d’un trouble de conversion.

Il est connu également sur cette page pour les chiens que des quantités beaucoup plus élevées de hormones thyroïdes naturelles NDT sont nécessaires comparativement à seulement T4 synthétique.

Combien de médecins humains connaissent en fait l’existence des NDT, des hormones thyroïdes naturelles ?

Combien de médecins humains savent que pour de nombreux patients, il n’est pas suffisant d’administrer exclusivement de la T4 synthétique pour se débarrasser des symptômes?

Combien de médecins humains savent qu’il y a souvent des patients qui ont besoin de T3 supplémentaire, parce que leur glande thyroïde ne peut plus produire des quantités suffisantes de cette hormone T4 seulement?

Combien de médecins humains savent qu’il est nécessaire souvent d’administrer des quantités beaucoup plus élevées d’hormones thyroïdes naturelles par rapport à T4 synthétique?

Combien de fois il y a des préjugés selon lesquels les hormones naturelles causerait autant d’effets secondaires que les médecins humains ont refusé l’augmentation de la dose du patient humain jusqu’à ce que les symptômes disparaissent à cause du fait que la dose d’équivalence de T4 seulement a été dépassée depuis longtemps ?

Apparemment, les chiens souffrant d’hypothyroïdie sont confrontés aux mêmes problèmes.

Mais continuons à lire sur la page britannique pour les chiens présentant des symptômes spécifiques de l’hypothyroïdie et qui, dans le contexte de l’administration d’hormones thyroïdes pour les chiens, présente une amélioration très rapide:

« Hypothyroid dogs respond quickly to thyroxine (T4) treatment, with improvements in attitude, mood, mental alertness, energy, activity levels, appetite, and aggressive behavior during the first week or two. Skin and coat problems usually improve within four to six weeks, while hair regrowth may take four months or longer. In most cases thyroid medication is needed for life. »

Les chiens souffrant d’hypothyroïdie répondent rapidement au traitement par T4 pour améliorer la condition, la posture, l’état de l’acuité intellectuelle, l’énergie, l’activité, l’appétit et des améliorations pour le comportement agressif. Et ces améliorations se produisent même dans les premières 1-2 semaines. Les problèmes de peau et de la fourrure s’améliorent généralement après 4-6 semaines, et l’énumération peut continuer….

Egalement en médecine vétérinaire, les problèmes mentaux sont éliminés par l’administration d’hormones thyroïdes, les problèmes associés aux états de fatigue et aux problèmes de concentration, ainsi que les problèmes sur les cheveux disparaissent.

Dans le cas de la médecine humaine, lors de l’apparition des problèmes mentaux, des produits psychotropes sont prescrits depuis le début. Ou dans le cas de ADHD, il est recommandé d’administrer Ritalin. Quelle est la raison pour laquelle, en association avec le terme-clé ADHD, je me souviens d’une étude de cas du chien agressif  qui peut être lue aussi sur la page des amateurs de chiens en Allemagne sous la section dédiée aux commentaires des lecteurs ?

Ritalin a été administré à des chiens à un moment donné ? Quelle est la raison pour laquelle ce produit est administré aux enfants ?

Enfin, je peux constater seulement que – au moins en Allemagne – la situation n’est pas bien meilleure en termes d’identification des premiers symptômes de l’hypothyroïdie chez les chiens, mais chez l’homme non plus :

« Citation : «  … la plus importante affection de la thyroïde chez le chien et la troisième endocrynopathie la plus fréquente chez le chien dans son ensemble. La maladie se développe progressivement et est trompeuse, ce qui explique pourquoi les premiers symptômes sont souvent négligés, ne bénéficient pas de l’attention nécessaire ou sont expliqués comme un symptôme du vieillissement. Pour cette raison, le diagnostic est fait souvent seulement après que de nombreuses manifestations cliniques graves se produisent, par exemple, les faiblesses générales, la perte de cheveux ou des symptômes neurologiques. « (GKF) »

http://www.airedale-kft.de/Gesundheit/Schilddrusen-Unterfunktion/schilddrusen-unterfunktion.html
http://dogaware.com/articles/wdjhypothyroid.html

Quelle est l’explication pour la hausse si grande du prix d’Armour Thyroid ?

Mary Shomon a écrit un article : « Natural Desiccated Thyroid Prices Rise After Pig Virus » à cet égard.

Celle-ci affirme que les prix des hormones thyroïdes naturelles ont augmenté à la suite d’une épidémie de virus intestinaux (PEDv) des porcines pendant les années 2013-2014. Il a été nécessaire de sacrifier un nombre total de 8 millions porcs aux Etats-Unis. Dans le sens des informations fournis par « National Pork Producers Council » (NPPC), le virus a tué presque 10% de l’effectif total de porcines aux Etats-Unis. Cette situation n’a pas mené seulement aux augmentations de prix pour la viande de porc, vu que, dans ce contexte, il a été nécessaire d’augmenter les prix des hormones thyroïdes naturelles d’origine porcine.

Le virus affecte seulement les porcelets et n’est pas transmissible à l’homme. Pour cette raison, les produits basés sur la viande de porc et les hormones thyroïdes naturelles d’origine porcines, originaires des Etats-Unis, continuent ­à être inoffensives pour l’homme.

Pendant l’épidémie, les consommateurs des Etats-Unis a été obligé de payer un prix de 13% plus élevé pour les produits en viande de porc en juin 2014 par rapport à la même période de l’année antérieure. A cette épidémie du virus porcin s’est ajouté aussi la forte sécheresse des Etats-Unis, ainsi que la croissance des prix pour la nourriture des animaux résultant de cette manière.

Par conséquent, il n’est pas surprenant que l’épidémie du virus porcin des Etats-Unis a eu des effets directs sur les patients ayant des affections thyroïdes au niveau mondial. On a constaté des augmentations dramatiques de prix pour Armour Thyroid, une marque américaine pour les hormones thyroïdes naturelles.

Il a été spéculé que l’augmentation de prix a été associée à la vente de la société productrice de la préparation Armour Thyroid, « Forest Labs » à Actavis. Cependant, la transaction en question a été annoncée seulement au mois de février 2014, n’étant pas finalisée au mois de juin 2014.

Depuis 2009, une insuffisance grave des hormones thyroïdes naturelles, NDT, a été constatée, de sorte que certaines marques n’ont pas été disponibles pour la plupart de l’année.

Finalement, Mary Shomon affirme que les prix pour la viande proc et les hormones thyroïdes naturelles (NDT) sont influencés par les lois du marché – la demande et l’offre.

Mary Shomon a discuté dans un article antérieur de 2015: “Armour Thyroid Price Increases: Is it Price Gouging?” la croissance significative de prix pour Armour Thyroid. En ce moment, elle a mentionnée, qu’à la suite des demandes répétées envers Actavis, elle aurait reçu la réponse selon laquelle Actavis était obligée d’augmenter les prix afin de faire des investissement par rapport au processus de production, ainsi que les activités de recherche, afin d’appuyer le produit nécessaire pour assurer le traitement des patients.

Actavis a affirmé également dans sa prise de position qu’elle a augmenté le prix d’Armour Thyroid de 50% à partir du 1er juillet 2015, de sorte que, selon Actavis, le prix pour Armour Thyroid continuerait d’être plus avantageux par rapport aux produits de la même catégorie. De plus, Actavis soutient que la valeur des coûts moyens pour Synthroid, représentant T4 synthétique représente approximativement 0,99 dollars par pilule, tandis qu’Armour Thyroid continuerait à coûter seulement 0,63 dollars par pilule.

Mary Shomon a réalisé les calculs nécessaires et est arrivée à la conclusion qu’en fait,Actavis a augmenté les prix pour Armour Thyroid d’environ 100%, de sorte que le prix Armour Thyroid ne serait pas réellement beaucoup plus réduit que celui applicable pour les produits similaires. Les produits similaires sont représentés pour Mary Shomon par les hormones thyroïdes naturelles, NDT, exclusivement, pas par la T4 synthétique, tel qu’Actavis soutient.

Nous présentons par la suite la structure des prix élaborée par Mary Shomon en 2015:

DRUG 1 PILL A DAY
PRICE PER PILL
(10/2015)
2 PILLS A DAY
PRICE PER PILL
(10/2015)
Armour 60 mg $.77 $.69
Nature-throid 65 mg $.36 $.31
NP Thyroid Generic 60 mg $,35 $.31

www.verywell.com